Agapornis nigrigenis

L’inséparable à joues noires fait partie de la famille des agapornis, plus petit par sa taille mais d’une beauté non négligeable. Il est cependant moins répandu dans nos élevages que ses cousins personata ou fischer.

 

Aire de répartition :

         Sud-ouest de la Zambie et ouest de la Zimbaboue

Description :

         C’est un petit agapornis d’environ 14 cm de long. Le bec est rouge, un cercle oculaire blanc entoure l’œil de couleur noisette. La tête est brunâtre tirant sur le rougeâtre sur le haut du front. Le corps est vert tirant sur l’olive à l’arrière de la tête. Il a une tâche orange sur la poitrine. Le croupion reste vert. Les pattes sont brun-gris. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel.

 

Mœurs :

         Il y a quelques années, il était difficile de se procurer de tels oiseaux, son élevage était peu courant. Malheureusement, il fut la proie d’éleveurs inconscients ou attirés par le gain. De nombreux croisements furent réalisés avec le personata pour y introduire des mutations plus rapidement .Cette méthode est celle de la transmutation. Maintenant on trouve des souches bien établies en couleur sauvage. Une des façons la plus sûre de vérifier la pureté de l’oiseau est certainement :

  • la couleur de l’iris doit rester brun rouge
  • le croupion reste vert sans trace de bleu                      

         Le nigrigénis est une espèce très menacée à l’état sauvage, il est nécessaire de le multiplier afin de maintenir une souche pure en captivité.

C’est un agapornis qui supporte bien de vivre en colonie dans une grande volière car il est plus calme que ses cousins et d’excellents résultats sont obtenus. Il est bien entendu que pour une sélection rigoureuse, il est préférable de les isoler par couple : en petites volières ou en batteries 40*40*80 cm.

A noter, le nigrigénis est un oiseaux de caractère et peut ne pas vouloir reproduire pendant quelques années et reproduire très bien les années suivantes Dans ces cas là , il est conseiller de les changer d’endroit ou de cages .

 

En volière extérieure, le nigrigénis reste un oiseau rustique et robuste, il supporte bien les intempéries et les hivers rigoureux. Il faut cependant lui proposer un abri sec et protégé du vent. Les nids proposés seront retirés pendant l’hiver pour éviter les pontes des femelles qui deviendraient sensibles au mal de ponte pendant les jours froids.

         La période de reproduction idéale en volière extérieure sera le printemps lorsque les jours rallongent et que la température augmente. Pour les oiseaux élevés à l’intérieur avec un éclairage artificiel, la meilleur période est la fin de l’automne ce qui permet d’acquérir des jeunes tôt  dans la saison. Pour les régions du sud de la France, cette période est favorable car l’humidité y est plus importante. Ceci n’est pas négligeable car les agapornis ont besoin de 70% à 80% d’hygrométrie pour que les jeunes éclosent. Il faudra éviter le chauffage électrique.

 Comme toutes les espèces et sous-espèces du personata, on leur fournira un nid boîte de dimension environ 20*12*12 cm avec un trou d’entrée de 6 cm de diamètre. On prendra soin de remplir le nid de 5 à 6 cm de tourbe blonde bien humidifiée.

Les nigrigénis construisent continuellement leur nid avec des écorces de branches, plus spécialement de saule, qu’on leur fournira jusqu’aux premières éclosions sinon la femelle pourrait blesser les oisillons ou même les abandonner.

         La femelle pond généralement 4 à 6 œufs tout blancs, qu’elle couve pendant environ 23 jours. Attention la couvaison peut commencer au deuxième œuf. Les parents restent très souvent dans le nid. Les jeunes naissent avec un duvet orange et restent au nid pendant 5 à 6 semaines. A leur sortie du nid, les parents continueront à les nourrir pendant 2 semaines. Les jeunes seront alors séparés des parents pour éviter l’agressivité des parents qui commenceront une deuxième couvée. Il sera préférable d’enlever le nid après la deuxième couvée voire troisième au plus, pour éviter de trop fatiguer la femelle.

Les petits seront bagués entre 6 et 9 jours avec une bague de 4,2 mm de diamètre.

Mutations :

Certains éleveurs ont croisés le nigrigénis avec essentiellement le personata pour obtenir plus vite des mutations, s’est la transmutation. Mais on ne peux pas nier qu’elles existent et que certaines sont très belles. Il est donc recommandé de redoubler d’attention lors de l'acquisition d’oiseaux mutants. Plusieurs générations sont nécessaires pour obtenir des oiseaux très proche du type sauvage dans la mutation souhaitée.

Les mutations apparues naturellement serais le dilute et depuis peu la mutation slaty (ardoise comme chez l’ondulée), les autres par transmutations.